HomePage Magic Voyage

San Remo : Le trajet

Pour se rendre en Italie depuis la Belgique, beaucoup privilégient l’avion mais vu que je ne fais jamais comme tout le monde, c’est en voiture que nous nous sommes rendus à San Remo et ensuite au Lac de Garde.

NEIGES ETERNELLES

Et comme on ne fait jamais les choses à moitié, c’est par la montagne que nous sommes passés.

Belgique/ Luxembourg/ France/ Suisse/ Italie

Nous nous sommes mis en route vers 9h00 car Loulou n’aime pas rouler tôt le matin. Le trajet s’est passé sans encombres mais avec les embouteillages dus aux nombreux travaux jusqu’en Suisse, nous avons perdus beaucoup de temps et ce n’était pas fini. Nous avions déjà pris le célèbre tunnel du Gothard pour aller à Rome en voiture également. Mais ici le tunnel était complètement bouché. Finalement, ce fut une chance.

Nous sommes donc passés par la montagne tout en haut à 2100 mètres d’altitude. Là où la route serpente dans les nuages et qu’il pleut pratiquement tout le temps. Vous pouvez apercevoir les nappes d’eau à gauche et à droite. Lorsqu’elles sont remplies, l’eau dégringole la montagne en torrents pour descendre dans la rivière tout en bas. La visibilité est extrêmement réduite mais le temps s’arrête et je n’avais jamais été au sommet de la montagne comme ça. C’est une expérience à faire.

Nous avons passé la frontière italienne au Lac de Côme. Les paysages sont vraiment époustouflants avec des  vues magnifiques sur les lacs. En Italie, le long des côtes, les vues sont magnifiques également mais je vous en parle plus loin car nous sommes arrivés vers minuit et nous n’avons donc pas pu en profiter car il faisait noir. Par contre, Loulou a cru devenir fou. C’est rempli de travaux et la vitesse change toutes les deux minutes.

La voiture dans les nuages
bon-plan

Le point Covid

Nous sommes partis début août 2021 (je le précise car la situation change de jour en jour) Je vais reprendre les mesures pour chaque pays mais nous n’avons  jamais été contrôlé nul part sur les 7 frontières traversées . Ceci reflète la réalité que nous avons vécue et non la légalité pour le port du masque. Nous avons fait un test antigénique à l’aller, rien sur place et rien au retour. Nous n’avions pas de pass sanitaire à part à l’aller. Pour cela, nous avons contourné la France par l’Allemagne au retour.

  • Belgique : On a pu quitter les frontières sans souci. Pour le retour, on a dû remplir le PLF et nous n’avons pas dû nous faire tester car nous étions en zones verte et orange;
  • Luxembourg : Rien à faire tant que c’est du transit.
  • France : Pass sanitaire obligatoire même en transit.
  • Suisse : Pas de pass en transit mais un document à remplir quelques jours avant sur internet.
  • Italie : Pass sanitaire pour passer les frontières (je sais qu’aujourd’hui il est obligatoire dans les hôtels et les restaurants entre autre). Pas de masque à l’extérieur ni dans l’hôtel d’ailleurs mais à Gardaland, obligation dans le bus, à l’intérieur de l’hôtel et lorsqu’on est à l’intérieur dans le parc (salles de spectacles, etc)
  • Autriche : Pas de pass sanitaire mais un formulaire de transit à remplir
  • Allemagne : Rien à faire tant que c’est du transit
Le Tyrol

Italie/Autriche/Allemagne/Belgique

Pour le retour, nous partons donc du Lac de Garde. Pour éviter de refaire un test Covid, nous avons décidé de mettre 1h de plus en passant par l’Allemagne. L’heure en plus se transformera en 5h en plus… mais nous avons vu des paysages fabuleux et j’ai un nouveau pays à mon actif l’Autriche.

En Italie déjà, nous avons vu de fabuleux paysages en remontant tous les Dolomites par l’autoroute. Nous sommes dans les Préalpes, la roche est rouge et haute. Le paysage est verdoyant. Nous passons souvent en dessous de la montagne, dans des petits tunnels creusés dans la roche.

Ensuite, nous sortons de l’autoroute pour traverser tout le Tyrol autrichien. Des vues époustouflantes, des neiges éternelles, de l’eau turquoise, des lacs et des petits chalets de montagne. C’est tellement dépaysant. Notre itinéraire nous fait passer par le Fernpass et son château. Le Fernpass, tout une affaire, c’est là qu’on a pris tout notre retard en restant calé de longues minutes dans des embouteillages monstres à l’arrêt complet pendant parfois 20 min. La montagne c’est beau mais c’est difficile pour circuler. Je ne veux même pas savoir comment ça doit être dans la neige en pleine hiver.

En arrivant en Allemagne, directement on change de paysage. Le soleil a laissé place à la pluie et la montagne a de grandes lignes toutes droites. Ca sent le retour à la maison ….

Les dolomites
Les dolomites
Aux alentours du Fernpass
La vue des embouteillages dans le Fernpass

En Allemagne, nous nous sommes retrouvés sur une drôle d’autoroute où il n’ y avait aucune pompe à essence. Et pourtant, il était temps de faire le plein. Plutôt ennuyant comme situation. Nous avons donc décidé de sortir de l’autoroute pour rejoindre la pompe à essence la plus proche. Malheureusement, on apprendra qu’il y a très peu de bancontact extérieurs aux pompes allemandes. Il était passé minuit et on a flippé. Heureusement, un groupe d’allemand qui buvaient de la bière sur un banc nous est venu en aide et nous en avons suivi un vers une pompe avec un bancontact à 20 km de là dans les campagnes !!! Même si il avait beaucoup bu et qu’il roulait en zigzaguant à 30 km/h, heureusement qu’il était là, sinon, on pouvait passer la nuit sur le parking de la pompe dans la voiture.

Le Tyrol

Vous pourriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laisser un commentaire